Logo header Centre Médical Paul Langevin

La calvitie

La compréhension des mécanismes physiologiques de la calvitie est un impératif pour tous patients suivis au centre médical Paul Langevin.

La calvitie est une raréfaction ou une disparition des cheveux.

L’alopécie (calvitie) peut résulter de plusieurs processus :

  • destruction définitive du follicule, habituellement irréversible, souvent d’origine génétique, mais pouvant être aussi due à des causes externes (traumatismes, brûlures, etc …)
  • inhibition transitoire et réversible dû à des troubles hormonaux, des carences, un état de stress, l’exposition à des toxiques (chimiothérapies), des infections (teignes), à l’arrachage répétitif des cheveux par trichotillomanie (trouble compulsif), par les habitudes de coiffage (traction par un chignon, brushing exagérés...) ou encore réaction auto-immune (la pelade)
  • régression du follicule sous influence hormonale : la régression et la miniaturisation des follicules pileux qui aboutit à un duvet est sous contrôle hormonal (androgènes) dans l'alopécie androgénétique.

Le développement du follicule pileux est de croissance cyclique. Trois phases se succèdent : le follicule a une longue phase de croissance (anagène) au cours de laquelle il génère un cheveu qui pousse régulièrement (de 0,3 mm par jour pendant 3 à 6 ans, ce qui détermine la longueur du cheveu), puis il entre en phase d'involution (catagène) qui dure environ 3 semaines, avant la phase de repos (télogène) qui dure 2 à 6 mois qui prépare un nouveau cheveu dans un nouveau cycle.

La phase de croissance nécessite des facteurs de croissance ainsi que des apports nutritionnels (fer, protéines, zinc, vitamines). Les hormones comme les oestrogènes et les hormones thyroïdiennes favorisent la croissance du follicule pileux, alors que les hormones mâles (en particulier la déhydro testostérone, issue de la testostérone) favorisent la miniaturisation du cheveu. Par ailleurs, le nombre de follicules actifs diminue avec l'âge.